GROUPE ORL RIVE GAUCHE - 49, ALLÉE CHARLES DE FITTE - 31300 TOULOUSE - 05 61 77 33 11

ORL Toulouse ORL Toulouse ORL Toulouse

ORL Toulouse Troubles de l’audition (surdité)

Troubles de l’audition (surdité)

Présentation contexte

Rappels anatomiques de l’oreille

Anatomiquement, l’oreille se définie comme l’organe de l’audition qui se divise en 3 parties décrites de l’extérieur vers l’intérieur du crâne respectivement : oreille externe  , oreille moyenne   et oreille interne  .

Types de surdité

Chaque compartiment de l’oreille (externe, moyenne et interne) peut être responsable d’une perte de l’audition et selon le compartiment atteint, la surdité peut être de différent type :

Niveaux de surdité

Le niveau de la surdité est défini selon l’intensité de perte auditive mesurée lors des tests auditifs. Cette intensité de perte est exprimée en décibels (dB). Plus l’intensité sonore pour entendre est élevée, plus la surdité est importante.
L’audition est considérée normale entre 0 et 20 dB d’intensité moyenne sur les fréquences 500, 1000 et 2000 Hz.

  • Entre 20 et 40 dB nous parlons de surdité légère.
  • Entre 40 et 70 dB de surdité moyenne.
  • Entre 70 et 90 dB de surdité sévère.
  • Entre 90 et 120 dB de surdité profonde.
  • En cas d’absence de perception sonore, la surdité est dite totale, on parle alors de cophose  .

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Moyens d’évaluation de la surdité

Différents examens peuvent être proposés par l’ORL pour évaluer l’audition, à l’aide d’examens subjectifs et d’examens objectifs.

Evaluation subjective de l’audition

Les tests proposés nécessitent la participation du patient et dépendent de l’expérience de l’ORL pour pouvoir pratiquer dans de bonnes conditions l’évaluation de l’audition du patient. C’est pour cela que ces tests sont définis comme subjectifs.

Acoumétrie   Weber et Rinne

Elle permet une première évaluation du type de surdité avant un examen audiométrique plus approfondi.

Audiométrie   tonale

Permet la recherche le seuil auditif. Ce test peut se faire en champ libre (avec deux haut-parleurs) pour les enfants mais est le plus souvent pratiquer au casque dans une salle silencieuse avec l’aide d’un audiomètre qui permet de faire varier l’intensité du son.
Deux types de casque sont utilisés :

  • Un casque audio-stéréo posé sur les oreilles qui permet de tester une oreille après l’autre et qui informe sur les seuils auditifs de l’oreille dans son ensemble (oreilles externe, moyenne et interne). La courbe retrouvée est appelée conduction aérienne.
  • Un vibrateur maintenu sur la mastoïde par un serre-tête qui permet de tester une oreille après l’autre et qui informe sur les seuils auditifs de l’oreille interne  . La courbe retrouvée est appelée conduction osseuse.
Audiométrie   vocale

Ce test se fait en champ libre (avec deux haut-parleurs) pour les enfants à partir de 2 ans et demi. Une liste de mots à deux syllabes adaptés à l’âge de l’enfant est émise via les haut-parleurs en faisant varier l’intensité de sortie. L’enfant a pour consigne de répéter les mots entendus. Un mot correctement répété est donc un mot correctement entendu. Dans ce cas si les réponses sont normales à une intensité de 40 dB, il permet de confirmer qu’au moins une des deux oreilles entend bien. Pour les enfants plus âgés et les adultes, ce test se fait au casque audio-stéréo et permet de tester une oreille après l’autre. Le 100% de répétition correcte de mots est recherché pour la plus faible intensité (entre 10 et 30 dB selon l’âge). Ce test est le plus fiable des tests subjectifs de l’audition.

Audiométrie   comportementale

Elle est réservée aux jeunes enfants et nécessite une formation et du matériel très spécialisés.

Evaluation objective de l’audition

Les tests objectifs ne nécessitent pas la participation du patient. Tout est automatisé à l’aide d’une machine spécialisée. Ces tests seront proposés en cas de refus de participation du patient (ex : enfant), afin de confirmer de manière formelle les seuils auditifs (ex : recherche d’une surdité suite à un accident du travail, surdité congénitale   chez le nourrisson ...) ou afin de compléter l’évaluation subjective.

Impédancemétrie tympanométrie   et réflexe stapédien

Ces examens sont faits à l’aide d’un tympanogramme.
La tympanométrie   permet de diagnostiquer un dysfonctionnement de la Trompe d’Eustache   ou de confirmer la présence d’une otite séreuse   chez l’enfant. Cet examen est obligatoire avant tout baptême de plongée.
La recherche du réflexe stapédien permet de rechercher une fixation de la chaîne ossiculaire (ex : otospongiose  ) ou une paralysie du nerf du muscle de l’étrier (ex : paralysie faciale) responsables d’une gêne pour les bruits modérés appelée hyperacousie douloureuse  .

Oto Emissions Acoustiques (OEA)

C’est la recherche des OEA permet de confirmer la présence et le bon fonctionnement des cellules sensorielles dans l’organe de l’audition. Cet examen est particulièrement asapté au dépistage de la surdité à la naissance et peut se faire à partir de 2 jours de vie. La présence des OEA confirme l’absence de surdité sévère. Par contre, l’absence des OEA nécessite de vérifier l’oreille externe   et l’oreille moyenne   pour éliminer tout obstacle à la bonne faisabilité de l’examen (ex : bouchon de cérumen, otite ...) et en cas de tympan   normal nécessite de faire un autre test objectif : les Potentiels Evoqués Auditifs (PEA).

Potentiels Evoqués Auditifs (PEA)

Après stimulation de l’oreille interne   par des sons haute-fréquence (3000 Hz) répétés à forte intensité, l’information sonore, qui se déplace de l’oreille interne   vers le cerveau via le nerf auditif, est recueillie par des électrodes posées sur le visage.
Cet examen peut être assimilé à un électro-encéphalogramme du trajet de l’information sonore vers le cerveau. Chaque bifurcation nerveuse entre les différentes étapes du trajet de l’information sonore sera visualisée par une onde bien précise. Lorsque l’audition est normale, les ondes I, III et V doivent apparaître dans un délai correcte et avec une bonne amplitude. En diminuant l’intensité des stimulations sonores, seulement l’onde V est visible jusqu’à une intensité de 10 dB. C’est le seuil d’apparition de l’onde V qui permet de confirmer le niveau sonore le plus faible entendu par le patient. Ce seuil doit correspondre à celui retrouvés sur l’audiométrie   tonale sur les fréquences 2000 et 3000 Hz.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Causes de surdité

Surdité de l’oreille externe  

  • Bouchon de cérumen : obstruction du conduit causée le plus souvent par l’utilisation abusive de coton tige qui entasse le cérumen en profondeur contre le tympan  .
  • Ostéome du conduit auditif externe : hypertrophie osseuse dans le conduit auditif externe, non tumorale, la surdité est progressivement croissante avec la croissance des ostéomes qui peuvent à terme fermés le conduit. Souvent associé aux patients ayant une activité aquatique régulière (ex : plongeur, surfeur ...).
  • Otite externe : Inflammation très douloureuse de la peau du conduit causée par une infection par eau sale en période estivale.
  • Corps étranger : principalement chez l’enfant de 2 à 4 ans mais peut arriver à tout âge. risque d’infection et de traumatisme du tympan  .
  • Fracture de l’os tympanal : suite à une traumatisme crânien sur l’os temporal ou à un traumatisme facial sur le menton avec fracture des articulations temporo-mandibulaires associées.
  • Tumeur du conduit auditif externe : carcinome épidermoïde à éliminer devant toute lésion du conduit évoluant depuis plusieurs mois, douloureuse et s’infectant régulièrement ou devant toute otite externe chronique.

Surdité de l’oreille moyenne  

  • Perforation tympanique   : Le plus souvent suite à un traumatisme (ex : gifle, corps étranger) ou suite à une otite infectieuse (Lire l’article).
  • Otite séreuse   : Il n’y a pas de contexte infectieux. Une hypertrophie des végétations, un contexte allergique, un reflux gastro-oesophagien et un tabagisme passif sont a rechercher en cas de chronicisation.
  • Otite moyenne aiguë   : A terme, le tympan   peut s’ouvrir laissant apparaître un liquide purulent dans le conduit auditif externe appelé otorrhée  . Le contexte est dans ce cas évident. L’évolution peut se faire vers une mastoïdite avec décollement du pavillon de l’oreille et bombement en arrière de l’oreille, nécessitant une prise en charge médicale voire chirurgicale en urgence.
  • Poche de rétraction
  • Cholestéatome (cf article)
  • Otospongiose   exceptionnel chez l’enfant
  • Autres atteintes de la chaîne ossiculaire : la chaîne ossiculaire peut subir des traumatisme avec fracture ou dislocation des ses osselets. il peut aussi exister des malformations ou une fixation anormale des osselets responsables d’une surdité de transmission   pure à tympan   normal.
  • Tumeur de l’oreille moyenne   : glomus, neurinome du nerf facial, ... .

Surdité de l’oreille interne  

  • Labyrinthite   aigue inflammatoire ou infectieuse : L’association d’une surdité neurosensorielle brutale, avec des acouphènes, des vertiges et de la fièvre doit faire suspecter ce diagnostic qui nécessite un traitement médical en urgence.
  • Traumatisme sonore   : Elle peut être responsable de lésions irrémédiables des cellules sensorielles de l’organe de l’audition. En générale, la surdité neurosensorielle intéresse la bande fréquentielle du son responsable du traumatisme sonore  . Sur l’audiométrie   tonale, la courbe osseuse aura une encoche sur la fréquence du son responsable du traumatisme.
  • Fistule périlymphatique   : De diagnostic difficile, le seul traitement envisageable est l’exploration chirurgicale de la caisse du tympan   pour confirmer la fistule membraneuse et pratiquer le comblement chirurgical de ces membranes.
  • Surdité brusque   : Elle correspond à une urgence sensorielle thérapeutique tout d’abord médicale par des traitements à base de corticoïdes et de vaso-dilatateurs. En cas d’échec du traitement médical en urgence, se discute alors les techniques, d’hémodilution, d’oxygénothérapie hyperbare et d’injection trans-tympaniques de corticoïdes.
  • Surdité médicamenteuse : Ototoxicité   principalement due à des aminosides au long court et les glycopeptides. D’autres médicaments tels que la quinine, certains diurétiques et certaines chimiothérapies peuvent être responsable d’ototoxicité  .
  • Surdité tumorale : neurinome de l’acoustique, méningiome, cholestéatome intra-labyrinthique...
  • Presbyacousie   : Elle se présente comme une surdité neurosensorielle bilatérale, progressive, symétrique en pente de ski avec diminution de la compréhension du langage dans le bruit. Lorsque celle-ci est responsable d’un isolement social ou professionnel, un appareillage auditif externe est préconisé devant l’absence d’autres causes retrouvées.
  • Surdité congénitale   : Type de surdité de perception   la plus fréquente chez l’enfant.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Thérapeutique de la surdité

A chaque type de trouble auditif, il existe une réponse thérapeutique adaptée.

Chirurgie

Dans la plupart des pathologies auditives dont l’origine est l’oreille moyenne   ou le tympan  , une solution chirurgicale est possible :

Appareillage auditif externe

L’appareillage par une prothèse auditive d’une ou des deux oreilles se décide après un bilan médical pratiqué par un médecin spécialiste ORL. Ce bilan permet de confirmer la présence d’une surdité d’une ou des deux oreilles supérieure à 30 décibels de perte de moyenne sur toutes les fréquences. Selon la gêne occasionnée sur la vie sociale et/ou professionnelle et devant l’absence de possibilité de traitement médical ou chirurgical (ex : presbyacousie  ), un essayage d’appareillage auditif peut être proposé par le médecin spécialiste ORL. Cet essayage sera fait auprès de l’audioprothésiste choisi par le patient.

Chez l’enfant présentant une surdité congénitale   bilatérale précoce, un appareillage des deux oreilles est proposé très tôt dès le diagnostic de surdité avant même le bilan d’implant cochléaire.

Implant cochléaire

Chez l’adulte, en présence d’une surdité de l’oreille interne   importante des deux oreilles ne pouvant pas être compensée par un appareillage auditif bilatéral puissant, il se discute l’indication de la mise en place d’un implant de l’oreille interne   (= implant cochléaire). Après bilan auprès d’une structure ORL spécialisée dans la prise en charge de la surdité, l’indication et la mise en place de l’implant cochléaire sont décidées dans le service ORL du centre hospitalo-universitaire compétent, en l’occurrence pour la région toulousaine, le service ORL du CHU Purpan.

Implants d’oreille moyenne  

Ces implants sont destinés aux patients présentant une surdité de l’oreille moyenne   dont la chirurgie ou l’appareillage auditif ne permettent pas ou plus d’amélioration de l’audition.
Ces implants nécessitent un bon fonctionnement de l’oreille interne  .
Ils permettent une meilleure amplification de la perception des sons en stimulant directement l’oreille interne   saine (vis à ancrage osseux) ou directement la chaîne ossiculaire (stimulation électro-magnétique, stimulation piezo-électrique …).
L’implant d’oreille moyenne   sera choisi selon l’intensité et la cause de la surdité, par un chirurgien ORL spécialisé en otologie.
Ils peuvent être proposés aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Haut Page
©2011 Photos portraits PhotoCarme - ©2010 Photos et textes "Groupe ORL Rive Gauche" - ORL Toulouse - Informations légales
©2011 Conception - Graphisme : Emmanuelle Campdoras | Illustration : Patrick Lacan | Conception - Intégration : Jean-Luc Gréatti