GROUPE ORL RIVE GAUCHE - 49, ALLÉE CHARLES DE FITTE - 31300 TOULOUSE - 05 61 77 33 11

ORL Toulouse ORL Toulouse ORL Toulouse

ORL Toulouse Troubles de la voix : La Dysphonie

Troubles de la voix : La Dysphonie

Présentation

Le larynx  , l’organe responsable de la production sonore, est situé dans la partie basse de la gorge, faisant suite au pharynx   formant ensemble le carrefour aéro-digestif. Le larynx   amène l’aire vers la trachée et permet aux aliments de se diriger vers l’oesophage. Ainsi, le larynx   est à la fois l’organe principal de la phonation, il participe à la respiration et permet la protection des voies aériennes des “fausses routes”.

Par son anatomie et par sa fonction, le larynx   peut être le lieu de pathologies telles que la dysphonie  , la dyspnée   et la déglutition.

Bien que la modification de la qualité vocale est facilement ressentie par le patient ou son entourage, avec un retentissement sur la capacité de communication, la dysphonie   est particulièrement invalidante pour les professionnels de la voix, notamment les chanteurs.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Les symptômes et signes cliniques

L’enrouement, la voix cassée, l’extinction vocale allant jusqu’à l’aphonie sont des motifs fréquents pour une consultation ORL. Souvent, et surtout chez les professionnels de la voix, ces modifications de la qualité vocale peuvent s’ajouter, ou être exclusivement résumés, par des modification des capacités fonctionnelles de la voix : difficulté d’atteindre certaines fréquences (la tessiture), modification du timbre, fatigue vocale avec ou sans douleur.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

L’examen ORL

l’interrogatoire

les symptômes sont décrits en précisant leur chronologie dans le temps, leur durée et surtout leur tolérance ainsi que leur perturbation de la vie quotidienne, surtout professionnelle
la recherche des facteurs favorisants : le tabagisme, le reflux gastro-oesophagien, les allergies, les infections rhino-pharyngées, sinusiennes ou pulmonaires (trachéite ou bronchites), traumatismes, et surtout, le surmenage vocal
des antécédents d’une chirurgie thyroïdienne
les différents traitements prescrits et leur efficacité ou inefficacité

L’examen clinique

  • La naso-fibroscopie   faite lors de la consultation permet ainsi d’analyser la perméabilité des voies aéro-digestives, l’état plus ou moins inflammatoires de ces voies et la présence des lésions (nodules, polypes ou tumeurs bénignes ou malignes). On peut également apprécier la mobilité des cordes vocales.
  • La vidéo-stroboscopie   : cet examen témoigne de lésions discrètes, cachées sous la muqueuse.
  • Le scanner   : devant les lésions tumorales, cet examen radiologique est souvent demandé dans un but diagnostique et pré-thérapeutique, en précisant l’extension en profondeur ou loco-régionale de la tumeur.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Propositions thérapeutiques

Le traitement de la dysphonie   est toujours basé sur le traitement de sa cause.

La cause la plus fréquente de dysphonie   est la laryngite, aiguë ou chronique, correspondant à un état inflammatoire du larynx  .

  • La laryngite virale survient dans contexte d’infection globale de la sphère ORL. Le traitement sera surtout symptomatique associant des anti-inflammatoires, un décongestionnant nasal, parfois des aérosols. Devant la suspicion d’une surinfection bactérienne, un antibiotique est indiqué.
  • La dysphonie   fluctuante, épisodique, parfois saisonnière doit faire évoquer un éventuel terrain allergique nécessitant un traitement par des anti-histaminiques avec un bilan allergique à distance.
  • Les causes inflammatoires d’une dysphonie   traînante ou chronique sont surtout le tabagisme et le reflux gastro-oesophagien. Le traitement médical du reflux est parfois associé à un bilan gastroscopique. Le sevrage du tabac est toujours souhaitable et un suivi fibroscopique est indiqué devant la possibilité de l’évolution vers une lésion tumorale. La dysphonie   dans ce cas est rarement améliorée.
    Les tumeurs bénignes (nodules, kystes, polypes) sont traitées par une micro-chirurgie par voie endoscopique, sous anesthésie générale, parfois en ambulatoire  . Ce traitement sera suivi par une rééducation orthophonique.
    Les tumeurs malignes, en fonction de leur volume et leur extension, sont traitées par une chirurgie plus lourde, nécessitant une laryngectomie  . En cas de laryngectomie   totale, la respiration sera assurée par un trachéostome (trachée abouchée à la peau par un orifice sus-sternal).
  • Dans les cas de surmenage vocal, souvent intriqué avec les causes de la laryngite, une prise en charge orthophonique obtient de bons résultats. Pour les professionnels de la voie non-chanteurs (et donc sans notion de la “technique” vocale), cette apprentissage permet d’éviter la fatigue vocal et donc le comportement compensatoire responsable de la dysphonie  .
    Dans les cas des chanteurs, les causes sont souvent les laryngites aiguës, aggravées par un surmenage ponctuel (“j’ai été oblige de chanter, et je pris de la cortisone pour m’aider”). Le profil psychologique découvre parfois un stress ou un trac avec une hypercontractilité du larynx  . Des facteurs hygiéno-diététiques ainsi que la fréquence des spectacles rapprochés est toujours à prendre en compte.
    Enfin, le dysfonctionnement secondaire au surmenage vocal prolongé peut être responsable pour l’apparition des lésions organiques (nodules…).

Donc toute dysphonie   nécessite un examen fibroscopique.

Dernier ajout : 5 avril 2011 par L'équipe GORG.

Haut Page
©2011 Photos portraits PhotoCarme - ©2010 Photos et textes "Groupe ORL Rive Gauche" - ORL Toulouse - Informations légales
©2011 Conception - Graphisme : Emmanuelle Campdoras | Illustration : Patrick Lacan | Conception - Intégration : Jean-Luc Gréatti